Arno, libéré de la drogue


Une descente en enfer…
nono_avant

Je suis né en normandie dans une famille de commerçants. J’avais de bons parents qui m’aimaient et qui étaient très pris par leur travail. J’ai un frêre plus jeune que moi. Il était extraverti et aimait faire la fête ce qui n’était pas mon cas.

Après le service militaire, et des déceptions relationnelles dans le milieu sportif, j’ai rejoinds mon frêre et ses amis. Ils étaient dans le milieu motard et j’ai commencé à faire la fête avec eux, à fumer, à boire et à me droguer.

J’avais une vie vide de sens ou je ne savais pas qui j’étais ni ce que je faisais. Je me posais beaucoup de question sur le sens de la vie.

Tous les weekends je faisais la fête pour oublier le présent de ma vie qui ne me plaisait pas : virée en moto avec les potes, fêtes, apéros, pétards et drogue dure (héroine).

Au début c’était juste festif puis vers l’âge de 27 ans c’est devenu chronique. La dépression est arrivée comme une nouvelle drogue pour aténuer les souffrances.

La drogue qui était occasionnelle est devenue régulière. De un kepa (30 euros) le weekend, je suis passé à 300 euros chaque semaine. En même temps, j’avais un traitement avec du « Subutex » pour pallier le manque de câme. J’ai vécu comme ça pendant 10 ans !

La prise d’héroïne anesthésiait mon mal-être pendant un temps mais faisait ressortir le pire de moi même : J’avais des envies de tuer, de régler mes comptes avec la société, de faire justice moi-même !

Une fois, j’ai crier à Dieu dans ma bagnole : « Dieu, si tu existe, fais quelque chose. »

De 27 à 37 ans , ma vie était une descente aux enfers. J’étais complètement isolé du monde. A cause de l’alcool, j’ai eu un accident de moto. Dieu m’a protégé, alors que je ne le connaissais même pas.

 

Une rencontre qui change tout

En février 2004 j’ai croisé une amie avec qui je m’étais défoncé, qui m’a parlé de Jésus. Jésus, ça ne me disait rien, Dieu n’ont plus ! Mais j’ai vu le changement dans sa vie et ça, ça m’a interpelé. C’est la puissance du changement dans se vie qui ma interpelé !

On s’est revu plusieurs fois et elle me témoignait toujours de ce qu’elle vivait avec Jésus. Une fois où je suis passé chez elle, j’ai pris sa Bi

ble sur la table, je l’ai regardé recto-verso, puis je l’ai balancé sur la table en disant : « j’y viendrais peut-être un jour. »

Au mois de juin 2004, j’ai mi les pieds pour la première fois dans l’église où elle allait. Je m’y suis senti bien ; je me suis senti acc
epter comme j’étais sans aucun jugement malgré ma dégaine. J’y suis retourné plusieurs fois et j’ai passé l’été à faire des activités avec les gens qui étaient là. Je me défoncais moins, mais je prenais toujours du « Subutex. »

A la fin de l’été j’ai replongé dans la câme pendant quelques mois. Puis je me suis souvenu que j’avais passé de bons moments avec ces chrétiens…

 

Délivrance !arno_img_3556

Je suis retourné à l’église. C’est là que le pasteur ma reçu dans son bureau et m’a proposé d’accepter Jésus dans ma vie et de me faire baptiser. J’étais daccord sans vraiment savoir dans quoi je m’engageais.

Fin décembre 2004 je me suis fait baptiser sans suivre de préparation. J’ai été délivré de l’héroine ce jour là !
Je ne m’en suis pas aperçu tout de suite, mais le lendemain, alors que je n’avais pas pris de drogue ni de médicament, je n’avais aucun symptome de manque, ni physique, ni psychique.
J’ai appelé le pasteur et il ma dit que Dieu venait de faire un miracle dans ma vie ! Depuis ce jour, je n’ai plus touché à la drogue.

A partir de ce moment j’ai commencé à vouloir connaître ce Dieu qui m’avait délivré. J’ai suivi des cours bibliques pendant neuf mois. Ca a posé les bases de ma foi ! (Luc 6 : 46-49).

Ma soif de connaître Dieu m’a conduit dans différents endroits pour écouter des enseignements de différents serviteurs de Dieu. En écoutant ces prédications, j’ai compris que Dieu me conduisait. J’étais toujours au bon endroit avec les bonnes personnes. Dieu m’a formé ainsi pendant 10 ans et un jour il m’a dit :  « Maintenant, lève toi ! »

J’ai répondu : « OK ! » Mais je ne savais pas où, avec qui, ni comment ?

 

Nouvelle Vie

Pendant ces dix années de formation, Dieu m’a libéré, guéri, révélé qui j’étais. Aujourd’hui je suis en paix avec moi-même et avec les autres. Dieu est mon Père céleste, je vis devant lui et j’essais de vivre sa Parole pleinement et simplement. Je ne suis pas parfait, mais j’aime ce que Dieu fait dans ma vie.

J’ai quitté la normandie pour la Haute-Savoie et la Suisse. J’ai rencontré Laurent Baudoin et l’association Route 777. C’est une église mobile pour les motards et les gens rencontrés sur la route. Là, je partage simplement ma foi avec les personnes que je rencontre.

arno-img_9538Lorsque je ne suis pas sur la route, je participe à la vie d’une église locale à Annecy. Avant, j’avais les fruits du monde, aujourd’hui j’ai les fruits de l’Esprit de Dieu (Galates 5 : 19-23). L’assurance d’être sauvé et de savoir que la vie ne s’arrête pas dans la tombe, mais qu’il y a l’éternité derrière, cela donne du sens à mon existence.

Aujourd’hui je suis un homme libre : c’était le rêve que Dieu avait placé au fond de moi et que j’ai cherché toute ma vie. La liberté c’est l’amour de Dieu que j’ai gouté et qui me permet d’accepter les autres et de vivre en harmonie avec eux sans les juger. C’est un challenge de chaque jour !

Savoir qui je suis, me permet de découvrir et de vivre mes rêves. Aujourd’hui j’habite dans un fourgon, je travaille pour mes besoins et pour servir Dieu. Je suis heureux, épanoui, je ne manque de rien, car Dieu pourvoit (Luc 12 : 24).

 

Un commentaire

  1. mercipour ce temoignage bro et que beacoup connaisse le SEigneur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *